Le festin des malins

Fable sur la guerre

Un loup, au funeste destin
Par faim, des villes s’approcha,
Rampant comme une ombre,
Voyant sa propre maigreur
Dans le reflet du ruisseau,
Une tristesse et une peur,
Sur la fin de ne plus connaitre un bon festin.
Point de chèvres ou d’agneaux
Pour le loup alpha.
Mais parfois, dans les instants les plus sombres
Renaissent les espoirs.
Quand tout semble noir,
De l’esprit d’un loup solitaire,
Peut surgir une envie de guerre.
La guerre nait de la peur.
Elle enfante la cupidité.
Elle enlève vos frères et sœurs,
Ne laissant que tristesse et incivilité.
Le loup connait la guerre.
Et tout comme les hommes,
Le loup cherche son territoire.
La bête évite l’homme sur son terroir,
Mais la faim est prioritaire.
Et le loup n’aime pas les pommes.
Notre loup affamé
Entendit au loin des cris de gallinacés,
Quelques bruits de fusil.
Pendant qu’au loin, fuyait le goupil,
Une idée lui vint à l’esprit.
« Peut-être devrais-je en faire mon ami ?
Sa facilité à tromper les autres,
Unie à la peur que je suscite,
Pourrait bien, si je l’invite,
Apporter à notre duo, nourriture dans notre camp.
Volons leur blé et l’épeautre,
Afin de troubler leur paix. »
Le vouloir de ce plan
Part de son manque.
Jamais loup avant,
N’avait songé à tel scénario.
La nuit prenant place,
Loup attira son cousin.
D’un vif coup de rein,
Rejoignit son espace.
Bien des associations semblent improbables
Et parfois, se scellent autour d’une table.
C’est auprès de son terrier
Que goupil usa de sa malice,
Tardant à accepter,
Profitant de la faiblesse du loup.
« Soyons donc associés, dit renard,
Mais ne soyons pas fous.
Les hommes n’ont pas de pitié
Et font leur propre police.
Prenons chacun notre part,
Puis chacun retourne à son terrier. »
Loup accepta le marché. Renard commença à s’allécher.
« Fais ce que ta nature te commande.
Par tes hurlements, tu les réveilleras.
Par peur, ils marcheront en bande.
Tandis qu’ils te chercheront,
Dans la grange, je ferai le larron. »
Ainsi donc, loup et renard
Dans la chaleur du soir
Bravant pires humains
Allèrent cueillir leur festin.
Dans le bois et loin des hommes,
Ils firent bonne pitance,
Tandis que sous les chaumes,
Éclats de voix et de colère,
Résonnaient les plus grandes instances.
Pur moment de dénis
Que de voir ennemi
Et de se déclarer la guerre
Pour quelques sacs de grains
dérobés par deux petits malins.
Accuser son voisin
Pour convoiter son bien
Est toujours plus facile
Qu’attraper le goupil.
Ainsi les guerres vous détruisent.
Vos biens vous divisent.
Et dans l’ombre du tableau,
Un ou deux marauds
Vous dépossèdent de votre âme.
Bien plus que tous les drames,
Un malin et son complice
Vous conduiront vers l’injustice.

Jean De La Fontaine

Fable céleste de Jean de la FONTAINE
Reçue en séance ouija le 25 juin et 10 septembre 2023
Par Sylvie Chevalerias, François Cavarec
Chantal et Guy Faverdin

278921 visites Dernière modification : 16/06/2024 à 07:44
⬅ Retour


Votre commentaire

13/09/2023 06:32:22
VI. Expérience non partagée disparait dans la solitude !
12/09/2023 22:52:56
Merci pour ce partage et ce bon moment de lecture. Et encore merci pour la sceance d'initiation au ouija c'était magnifique et ce poème l'est encore plus. Encore merci pour les partages.
12/09/2023 09:13:37
TZ, la symbolique animale est au cœur même de la poésie de LA FONTAINE. Sans être un spécialiste des lettres, je pense qu'il restera le moralisateur le plus génial de la littérature française. Sa finesse d'esprit, au service des vertus, nous relie profondément à notre véritable essence. S'il en est un qui mérite vraiment "les légions d'honneur", c'est bien lui. (Mais je m'égare)
12/09/2023 09:02:01
Cette "belle Âme", comme vous dites, n'a de cesse de nous montrer l'exemple de l'humilité. Il se qualifie lui-même ainsi : "nous ne sommes que guides et notre devoir est de vous montrer le chemin. Libre à vous de ne point le suivre." En fait, l'au-delà s'est toujours dévoilé. Ce sont les hommes d'influence qui ont galvaudé les enseignements et occulté la réalité. Et les peuples, dans leur ignorance, ne pouvaient que les suivre, sous peine de châtiment.
12/09/2023 08:56:48
Cette fable, attribuée à La Fontaine, explore des thèmes comme la guerre et la cupidité. Elle utilise des animaux pour symboliser des traits humains : le loup incarne la force, et le renard la ruse. La fable critique la nature humaine, met en garde contre la cupidité et souligne l'importance de l'éthique. Son langage est accessible et poétique, et son origine mystérieuse ajoute de l'intrigue. En résumé, elle nous pousse à réfléchir sur nos choix tout en divertissant.
12/09/2023 08:34:30
Merci !!! Merci !! Vigilance.. Ouverture des esprits et des cœurs. On ressent vraiment votre lien respectueux et familier avec cette belle Âme." L'au -delà " se dévoile un peu plus( mot nouveau).Gratitude.